Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Pays (international) > Irak > Irak (07)

Irak (07)

Page 987 -
écrit le 5 mars 2003

Chronique d’une catastrophe annoncée

Il y a de fortes « chances » que la guerre en Irak ait lieu et tout le monde sait qu’elle sera une catastrophe pour le monde entier, y compris pour les économies des pays riches. Mais G. Bush la veut cette guerre ! Voici encore quelques éléments d’information.


Les preuves cachées

Le journal américain Newsweek a obtenu des documents prouvant que les USA, le ROYAUME-UNI et l’ONU savaient que l’Irak avait détruit ses stocks d’armes de destruction de masse dès 1995. Cette nouvelle information doit être prise en compte dans le débat international, avec les autres « preuves » contre l’Irak qui se sont avérées erronées.

Article de Newsweek

Kamel Hussein était le gendre de Saddam Hussein, et était bien informé : pendant 10 ans il a dirigé les programmes de missiles nucléaire, chimique, biologique. Kamel a dit à ses questionneurs occidentaux qu’il espérait que ses révélations déclencheraient le renversement de Saddam Hussein. Mais après 6 mois d’exil en Jordanie, il a réalisé que les USA ne le soutiendraient pas dans son rêve : régner sur l’Irak après la mort de Saddam Hussein. Il choisit alors de retourner en Irak où il fut promptement exécuté.

Les révélations de Kamel, au sujet de la destruction des stocks d’armes furent passées sous silence par les inspecteurs des Etats-Unis, pour deux raisons : Saddam ne savait pas ce que Kamel avait révélé, et les inspecteurs espéraient bluffer Saddam pour qu’il en révèle davantage. Et l’Irak n’avait jamais montré la documentation accréditant les révélations de Kamel. De plus, les propos de Kamel soulevaient de nombreuses questions, notamment celle de savoir si le stock d’armes de destruction massive existait encore.

Kamel a dit que l’Irak n’a pas abandonné ses ambitions au sujet de ces armes. Les stocks ont été détruits pour cacher les programmes aux inspecteurs des Nations-Unies, mais l’Irak a conservé les plans et les indications techniques. Kamel a parlé de projets secrets, de disques informatiques, de microfiches, et même de moules pour les ogives de missiles. « Ceux qui travaillent dans l’industrie militaire irakienne qui surveille ce programme, ont été priés de conserver ces documents à leur domicile » dit-il. Pourquoi ? « Tout simplement comme premier pas dans la reconstitution des armes après le passage des inspecteurs des Nations Unies ».

Kamel fut interrogé en plusieurs séances par la CIA, les services secrets britanniques, et par une commission de l’ONU sous la direction de Rolf Ekeus. Newsweek a obtenu le procès verbal d’audition de Kamel par l’ONU et vérifié son authenticité.

Ces notes, rédigées en Août 1995, montrent que Kamel était une mine d’or en matière d’information ! Il avait une bonne mémoire et, pièce après pièce, il était capable de dessiner les grandes lignes du personnel, des sites, et de la progression de chaque programme. Seulement Kamel était un dirigeant, mais ni un scientifique ni un ingénieur, et certaines de ses affirmations techniques se sont révélées, plus tard, fausses. Un aide de camp passé du côté américain en même temps que Kamel fut apparemment une source d’information technique plus fiable. Mais, globalement, les informations de Kamel étaient « presque embarrassantes, trop étendues » se souvient Ekeus.

Les lecteurs que cela intéresse peuvent retrouver cet article de Newsweek à l’adresse internet suivante :
http://www.msnbc.com/news/876128.asp


Bravo les Turcs

« Ils ont dit quoi ? ». C’est avec incrédulité que les Américains ont pris connaissance du vote du Parlement turc à Ankara le samedi 1er mars : 264 pour, 250 contre et 19 abstentions. Les votes « pour » n’atteignant pas la majorité absolue, les députés ont rejeté la motion autorisant un déploiement de 62 000 soldats américains dans leur pays. Le gouvernement possédait pourtant une majorité théorique des deux tiers des députés ! Et les Etats-Unis avaient exercé une pression diplomatique considérable.

Le vote s’est déroulé pendant qu’une manifestation pacifique de quelque 50 000 personnes protestait contre la guerre : « Nous ne voulons pas être les marionnettes des Américains », « A bas l’impérialisme américain », « Pas de guerre pour le pétrole », « Un oui à la guerre est une trahison pour le pays », scandaient les manifestants

Pour l’instant le vote porte un coup sévère aux préparatifs militaires des Etats-Unis. Ceux-ci vont sans doute essayer encore d’acheter le consentement du Parlement turc à coups de milliards de dollars.


Aidez Bush à gagner la bataille

La revue américaine (eh oui !) TIME propose en ce moment un sondage par internet pour déterminer quel pays, selon l’opinion publique, constitue la menace la plus grave pour la paix dans le monde. Trois choix possibles : la Corée du Nord, l’Irak et les USA...

Jusqu’à maintenant, avec plus de 625 000 réponses, ce sont les USA qui arrivent largement en tête ! (+ de 87 %).

Aidez les USA à gagner en votant à l’adresse suivante : http://www.time.com/time/europe/gdml/peace2003.html. Et si vous n’avez pas internet, demandez à des amis de voter pour vous.


Réflexions

La France n’a maintenant le choix qu’entre deux mauvaises solutions :

– Continuer à s’opposer, au besoin par son veto à l’ONU. Et voir laisser passer le train de la juteuse reconstruction de l’Irak dévasté. Et subir toutes sortes de mesures de rétorsion imposées par une administration Bush furieuse qu’on lui ait tenu tête : mesures politiques, économiques, culturelles, et j’en passe. Etre marginalisée en Europe même (d’autant plus qu’avoir traité les ex-pays satellites de l’ex-URSS avec un dédain qu’on s’est gardé de montrer à Bush, Aznar ou Blair, ce n’était pas malin).

– Se résigner à cette guerre. Et ne recevoir, du train en question, que les miettes données au petit chien qui rentre à la niche après avoir bien aboyé. Et accepter que l’ONU ne soit plus qu’une chambre d’enregistrement aux ordres de la Busherie. Et avaliser le totalitarisme américain.

Cette guerre ne va résoudre que les problèmes de réservoir des 4x4 amerloques. (Guerre à 15 contre un, rappelons-le à ceux qui accusent les Français de manquer de courage : la plus puissante armée du monde avec quelques roquets serviles contre une armée de pouilleux juste bonne, et c’est beaucoup, et c’est trop, à opprimer son peuple).

Elle ne ramènera pas la démocratie en Irak, mais permettra le retour au tribalisme, dépeçage d’un pays en serpillière déchirée de territoires à la botte du protecteur yankee. Et chiche que les Etats-Unis vont se débrouiller pour que le tyran Saddam sauve sa peau !

Et surtout, elle relancera le terrorisme, elle permettra à Sharon d’encore plus écraser la Palestine, elle accentuera la haine des musulmans contre l’Occident chrétien. Mais Bush and Co ont besoin de ça pour justifier leurs atteintes aux libertés, leurs cadeaux aux lobbies militaro-industriels.

PM Bourdaud


Ecrit le 29 janvier 2003

Humour : Le meilleur

Chirac rend visite au président Bush.

– Dis-moi, George, comment fais-tu pour avoir une équipe aussi performante, alors que moi je suis entouré d’une bande de crétins.

– C’est simple, Jack, je teste mes ministres en permanence. S’ils répondent juste, ils restent. Sinon, je les vire. C’est la sélection naturelle, je suis sûr de ne garder que les meilleurs. Attends, tu vas voir.

Et Bush appelle Colin Powell.

– Colin, je vais te poser une question. Tu connais la règle, si tu te trompes, tu es viré
– OK
– Alors voilà : c’est l’enfant de ta mère, mais ce n’est ni ton frère, ni ta soeur, qui est-ce ?

Colin Powell réfléchit quelques secondes, puis dit : « Facile : c’est moi ! »

– Parfait, dit Bush, je te garde.

Chirac est très impressionné. A peine rentré à Paris, il convoque Raffarin :

– Raff, je vais te poser une question. Si tu réponds juste, tu restes à Matignon. Sinon, tu es viré. Voilà : c’est l’enfant de ta mère, mais ce n’est ni ton frère, ni ta sœur, qui est-ce ?

Raffarin, qui connaît ses limites, demande un délai de réflexion. Chirac lui donne 24 heures. L’autre fonce à Matignon, convoque son cabinet, et bientôt toute une bande d’énarques planche sur la question. Les hypothèses fusent. A la fin, un type plus malin que les autres dit :

– Il faut demander à Juppé ! Il a toujours raison, et il sait ce que le Président a derrière la tête.

Excellente idée. Raffarin appelle aussitôt Juppé.
– Allo Alain ? Voilà, c’est l’enfant de ta mère, mais ce n’est ni ton frère, ni ta soeur, qui est-ce ?

Juppé ricane légèrement, et avec le ton supérieur qu’on lui connaît répond : Facile, c’est moi.

Le lendemain, Raffarin se précipite à l’Elysée.
– Monsieur le Président, Monsieur le Président, je sais qui c’est !
– Bien, bien Raff ! Alors, l’enfant de ta mère qui n’est ni ton frère ni ta soeur, qui est-ce ?
– C’est Juppé, Monsieur le Président.

Chirac ouvre des yeux ronds.

Fais tes bagages, Raff. La bonne réponse, c’est Colin Powell !!!!!


Ecrit le 19 février 2003 :

BUSH et le petit bob

Le président George W. Bush, désirant améliorer sa cote de popularité auprès des jeunes, se rend dans une école et expose les objectifs de son gouvernement. Ensuite il demande aux enfants de lui poser des questions.

Le petit Bob prend alors la parole :
M’sieur l’président, j’ai trois questions à vous poser :
1°) Comment avez-vous réussi à gagner les élections, alors que vous avez perdu au décompte des urnes ?
2°) Pourquoi insistez-vous autant à vouloir attaquer l’Irak ?
3°) Ne croyez-vous pas que la bombe d’Hiroshima fut la plus grande attaque terroriste de l’histoire ?

A ce moment même résonne la sonnerie de la récréation, et tous les élèves sortent de la salle.

Au retour de la pause, Bush invite une fois de plus les enfants à lui poser des questions, et le petit Joey lui dit alors :

M’sieur l’président, j’ai 5 questions à vous poser :
1°) Comment avez-vous réussi à gagner les élections, alors que vous avez perdu au décompte des urnes ?
2°) Pourquoi insistez-vous autant à vouloir attaquer l’Irak ?
3°) Ne croyez-vous pas que la bombe d’Hiroshima fut la plus grande attaque terroriste de l’histoire ?
4°) Pourquoi la récrée a-t-elle été sonnée 20 minutes plus tôt ?
5°) Où est passé Bob ?