Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Immigration, Sans-Papiers > Sans-Papiers : L’homme qui ne voulait pas être esclave

Sans-Papiers : L’homme qui ne voulait pas être esclave

Ecrit le 3 novembre 2010

L’homme qui ne voulait pas être esclave

L’homme, un Mauritanien, sans papier, fait l’objet d’un arrêté de reconduite à la frontière. Il a été placé en rétention il y a un mois, sa rétention touche à sa fin, et il est poursuivi en comparution immédiate pour entrave à l’exécution d’une mesure de reconduite à la frontière : il a refusé à trois reprises d’être conduit au consulat du Sénégal et de Mauritanie. Interrogé par le tribunal, il explique que n’étant pas Sénégalais, il n’avait pas de raison de se rendre au premier consulat, et qu’il ne voulait pas retourner en Mauritanie.

C’est alors la défense qui demande le droit de poser une question.
“Le prévenu peut-il expliquer pourquoi il a fui la Mauritanie ?”

L’interprète traduit la question, et le prévenu se met à parler. L’interprète, imperturbable, traduit aussitôt.
– “De par mon nom de famille, je suis d’une lignée d’esclaves d’une autre famille, pour laquelle je suis tenu de travailler. Avant moi, mon grand-père fut leur esclave, puis mon père, et à sa mort, ce fut mon tour. Ils me battaient souvent, parfois sans raison. Cette cicatrice là (il montre sa main, balafrée de part en part), c’est mon maître qui me l’a fait. Alors j’en ai eu assez et je me suis enfui, d’abord au Sénégal, où j’ai eu l’asile, mais là bas, il n’y a pas de travail, c’était la misère pour moi. Alors je suis venu en France.”

Après un silence, le président demande, d’une voix plus douce :
– Vous aviez quel âge quand votre père est mort et que vous avez dû prendre sa place ?
– Huit ans.

Le procureur se lève pour ses réquisitions. A croire qu’il n’a pas entendu ce qui s’est dit, il estime le délit constitué, et eu égard au risque de fuite du prévenu, qui a déclaré vouloir rester en France, il demande trois mois de prison ferme avec mandat de dépôt.

L’avocat de la défense se lève à son tour et, alors qu’on aurait pu s’attendre à de grandes formules indignées, se lance dans une plaidoirie de pur droit.

Epilogue : Le tribunal a relaxé le prévenu. Des fois on est fiers d’être Français.

En lire davantage ici : http://www.maitre-eolas.fr/post/2010/10/25/Des-chaines-dans-le-pretoire