Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Santé, questions générales > Handicap > Dites tout de suite que vous ne voulez pas de nous

Dites tout de suite que vous ne voulez pas de nous

Ecrit le 21 novembre 2012

L’APF (association des Paralysés de France) lance une campagne de communication sur l’accès des bâtiments aux personnes handicapées. Portes étroites, marches à monter ou descendre, toilettes en trop « petit coin » : « Dites clairement que vous ne voulez pas de nous ». L’association a raison, la mise en accessibilité des équipements publics se fait mais très lentement.

Ironie de la chose : l’APF ne se soucie pas du tout de l’accessibilité des sites internet aux personnes handicapées par la cécité ou l’âge. Le site internet de l’association, lui-même, n’est pas accessible !!


Ecrit le 19 décembre 2012

 Accessibilité

C’est un comble ! Le site internet de capemploi
ne respecte pas les critères d’accessibilité fixés par le décret n°2009-546 du 14 mai 2009. Il en est de même pour le blog de l’association des paralysés de France . Et ne parlons pas des sites internet des communes alors que ceux-ci devraient être à jour depuis mai 2012 !

On entend maintenant les architectes, les mairies, les transporteurs, les offices de tourisme   … et autres, « hucher » en disant que, d’ici 2015 ils n’ont ni le temps ni les moyens de se mettre en conformité. Mais c’est oublier que la loi du 30 juin 1975, art 49 disait déjà : Les dispositions architecturales et aménagements des locaux d’habitation et des installations ouvertes au public,..., doivent être tels que ces locaux soient accessibles aux personnes handicapées.

et la loi du 11 février 2005 disait : à partir du 1er janvier 2015, tous les Etablissements Recevant du Public (E.R.P.), devront être accessibles aux handicapés et aux personnes à mobilité réduite, ou à défaut une qualité d’usage équivalente.

En 40 ans, on n’a eu ni le temps ni les moyens ? Ni la volonté !


Ecrit le 19 décembre 2012

 Les oubliés

L’Association des paralysés de France (APF) tient à exprimer son immense déception au lendemain de la conférence de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale. Comme le laissaient présager les rapports préparatoires, les personnes en situation de handicap vivant sous le seuil de pauvreté sont les oubliées de cette conférence ! L’APF fait le douloureux constat que le gouvernement a décidé d’ignorer la situation d’un quart des 8,6 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté : les 2 millions de personnes en situation de handicap ou atteints de maladie invalidante et bénéficiant de l’AAH (Allocation Adulte Handicapé) ou de pensions d’invalidité. Que dire d’une conférence de lutte contre la pauvreté qui, d’emblée, ne s’intéresse pas à un quart du public pour lequel elle est censée proposer un plan quinquennal ?

L’APF est révoltée par ce désintérêt manifeste. Alors qu’il était attendu de cette conférence un choc de solidarité, c’est un choc sans solidarité pour les personnes en situation de handicap ! L’APF rappelle que l’augmentation de l’AAH de 25% en 5 ans ne constitue qu’un rattrapage de la perte du pouvoir d’achat subie par les personnes en situation de handicap ces 25 dernières années, et que cette augmentation a été largement grignotée par les nombreux frais supplémentaires auxquels il a fallu faire face : hausse du forfait hospitalier, franchises médicales, fiscalisation des indemnités accident du travail, déremboursement de médicaments, hausse du coût des mutuelles, mais aussi hausse du coût de la vie. Sans compter les pensions d’invalidité, qui elles, n’ont pas été revalorisées !

M. Ayrault a cependant indiqué, dans son discours de clôture, que les personnes en situation de handicap ne seraient pas oubliées. L’APF demande donc au gouvernement de détailler d’urgence les mesures proposées pour lutter contre leur pauvreté

Par ailleurs, l’APF rappelle que les personnes bénéficiaires de l’AAH ou de pensions d’invalidité, pour les trois quarts, ne peuvent pas et ne pourront pas travailler en raison de leur handicap ou de leur état de santé ! L’emploi ne constitue donc pas pour elles un rempart contre la pauvreté ou la précarité ! Maintenir l’AAH sous le seuil de pauvreté et dans une logique de minimum social et ne pas revaloriser les pensions d’invalidité, c’est condamner ces personnes à vivre toute leur vie sous le seuil de pauvreté sans l’espoir d’en sortir.

L’APF regrette également que ni l’indexation annuelle sur l’inflation qui sera appliquée au RSA  , ni l’individualisation de l’AAH n’aient été évoquées. Et pour finir, malgré le relèvement du plafond de la CMU-C (couverture maladie universelle complémentaire), les personnes bénéficiaires de l’AAH ne pourront toujours pas y avoir accès.


Ecrit le 20 mai 2015

 Fête du sourire

Du 29 mai au 7 juin 2015, c’est la Fête du Sourire, organisée par l’APF (Association des Paralysés de France). Les sommes collectées permettent de financer les activités de la Délégation régionale et notamment du Groupe Jeunes qui vient de produire une pièce « Adam et Eve, la vérité ». « Se rencontrer chaque semaine, travailler avec des artistes, se produire en public, ces ateliers sont très enrichissants ! De plus, la mixité « handi-valide » nous permet d’échanger sur notre quotidien. Au-delà de la vente, c’est une véritable Fête pour moi, un moment unique pour aller à la rencontre des gens et ainsi faire changer le regard sur le handicap. Un grand moment de citoyenneté »